diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Brèves

D'honneur et à l'honneur

L'un reçoit la Croix de Commandeur de l'ordre du Mérite Maritime, l'autre décline celle de Chevalie...

Une année positive pour le port de pêche de Lorient-Keroman

A quelques jours du bilan qui sera détaillé lors de la cérémonie des voeux le 31 janvier, le port de pêche de Lorient-Keroman annonce une année 2014 en hausse et une dynamique positive.

Prochain RDV

2nd Offshore Wind Supply Chain Conference

Du mardi 27 au mercredi 28 janvier 2015

Zoom sur ...

Témoignage Pro&Mer : Kamal Al Azemmouri, assistant de direction et juriste chez Finist’Mer

Kamal_Al_Azemmouri

« L’emploi maritime est une affaire de spécialistes des métiers de la mer »Brestois d’adopti...

BARILLEC marine

Barillec marine, propulseur d'énergie Barillec marine possède une expertise globale en électricité ma...

Actualités

L' ENSM de Nantes renoue avec la tradition

Véritable évènement à l'Hydro de Nantes le 14 mai dernier : ! On n’y avait pas célébrer de baptême d'élèves depuis la fin des années 90.

AENSM-2013
AENSM-2013

Gustave Viala, président de l'AENSM (association des anciens élèves de l'Ecole Nationale Supérieure Maritime) nous relate avec humour et bienveillance cette étonnante cérémonie :

"Notre Président a pu convaincre dirigeants et élèves de revenir à cette tradition.

Yves Saout s’est activé pour le protocole. L' AENSM a montré son efficacité inter-générations.
Madame Ayrault fut la marraine et J-A Morzadec, Commandant le Belem, à quai à Nantes, le parrain, sous l’œil averti de François Marendet, Directeur de l'ENSM.

Les deux allocutions ont été remarquées : celle de la marraine, était particulièrement documentée sur les sujets de la mer et de l’enseignement maritime. Celle du Commandant du Belem était pleine d’humanité et de recommandation aux jeunes avant leur entrée dans la vie maritime active.
Les Elèves organisateurs ou baptisés ont pleinement joué leur rôle. Le scénario a totalement été respecté avec un avocat plus vrai que nature, un bourreau bourru à souhait, un évêque issu d’une image traditionnelle, des officiers d’Empire.

Neptune et Amphitrite ont majestueusement arbitré les débats au terme desquels pilotines et pilotes leurs ont remis des présents lors de leur présentation individuelle.
Neptune dans sa grandeur, qui cache un brin de bonté, les a autorisé a emprunter ses Océans pour l’exercice de leur coupable  métier sous réserve expresse d’en prendre grand soin. Déjà du développement durable ! Remercions Philippe Roquet qui a permis cette traditionnelle manifestation.
Le Bural s’est très largement mobilisé avec un sérieux tract dont on dit qu’il est la marque du talent. Le Grand Mat , officier mécanicien monovalent, a bien conduit son équipage.                                
Lors du repas qui a suivi, sur une douzaine de personnes, François Marendet a constaté un échantillonnage des carrières : Commandant d’un voilier plus que centenaire, Commandant de Bord sur les longs courriers d’Air France, Pilote maritime, navigant à la Morbihannaise de Navigation. Deux ont fait des carrières à terre et ont terminé chefs d’entreprises industrielles.


Après notre opération Raid Arctique et notre présence au Havre pour son débriefing,  cette année est porteuse de l’avenir de l’AENSM..."


Site Internet de l'AENSM
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

Syndicat CGT des marins du grand ouest

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Monsieur le Président de la République,

Le 4 juin 2013 vous allez assister « présider » à l’arrivée en flotte du plus grand porte-conteneurs du monde le « CMA CGM JULES VERNE », un moyen de gagner plus rapidement de l’argent en minimisant les frais de transport mais aussi en multipliant les risques.

Monsieur le Président de la République, par votre présence vous cautionnez le gigantisme des navires, vous cautionnez le pavillon Français économique (Registre International Français) que vous aviez combattu lorsque vous étiez le Premier Secrétaire du parti socialiste, vous cautionnez l’embauche de marins étrangers sur des navires largement financés par le contribuable français, vous cautionnez la construction de navires dans des chantiers hors de l’Union Européenne, vous cautionnez le comportement d’un armateur qui n’est peut-être pas aussi social qu’il le prétend.  

Monsieur le Président de la République, le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest reste très attaché à l’emploi des marins nationaux dans les armements français. Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest n’est pas convaincu que celui qui prétend être le 3ème armateur mondial (cette société maritime qui lui a été offerte par le Président Jacques CHIRAC) ait un comportement irréprochable envers les marins étrangers qui se trouvent à bord de ses navires.

Monsieur le Président de la République, puisque vous allez rencontrer le Président du Groupe « CMA CGM » vous allez pouvoir lui poser les questions sur les risques de ces géants des mers en cas d’avaries au moment d’entrée ou de sortir des ports, mais aussi lorsqu’ils se trouvent en mer (l’exercice effectué au large de la Bretagne avec le « CMA CGM MARCO POLO » a révélé plusieurs choses et notamment que les moyens de sauvetage ne sont pas suffisants).

Monsieur le Président de la République, vous pourrez également peut-être obtenir la réponse sur le non respect de l’accord ITF envers les marins Malgaches embarqués à bord du « MARION DUFRESNE »  navire qui est sous la responsabilité de la « CMA CGM ». Vous ne pouvez pas cautionner certains comportements de la part  d’un armateur français (3ème armateur mondial).

Monsieur le Président de la République, lors de votre campagne présidentielle je vous avais rencontré à Brest, je vous rappelle que vous avez été élu sur un programme et que votre coup de barre une fois à tribord puis à bâbord fera disparaître les marins et le pavillon Français.

Monsieur le Président acceptez nos respectueuses salutations.


Pour le syndicat CGT des marins Du Grand Ouest, le porte parole
Jean-Paul HELLEQUIN


enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

L'assemblée nationale reconnait le délit d'abandon des gens de mer

Communiqué de presse du 23 mai 2013

©MOR GLAZ
©MOR GLAZ

"Les députés ont adopté le 17 mai 2013 un projet de loi transposant notamment six directives européennes sur l'environnement, les transports et l'énergie, entre autres. Ce texte comprend la reconnaissance d'un délit d'abandon des gens de mer, soit le fait pour un armateur de délaisser à terre ou sur un navire l'équipage dont il est responsable en se soustrayant  au moins à l'une de ses obligations de nourriture, logement, soins, paiement des salaires ou rapatriement.

En l'état actuel du projet de loi, ce délit sera puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende par personne abandonnée (sept ans et 150.000 euros pour un mineur). Cette règle doit s'appliquer aux navires de transport et de pêche. L’association MOR GLAZ demande au Sénateurs de voter sans réserve ce projet de loi.
 
L’association MOR GLAZ est plutôt satisfaite par le vote des Députés sur le projet de loi sur la responsabilité des « pseudo-armateurs » qui auraient la mauvaise idée d’abandonner les marins qui sont sous leur responsabilité en ne remplissant pas  leurs engagements.

L’association MOR GLAZ constate que les textes prennent enfin le bon cap pour protéger les marins du monde face à ces « pseudo-armateurs » encore bien trop nombreux dans le transport maritime international. Lorsque cette loi sera applicable, elle devra être appliquée sans complaisance envers les contrevenants.

L’association MOR GLAZ souhaiterait  que la loi sur les abandons des navires soit aussi dissuasive. Comment est-il possible que des navires soient abandonnés durant des années sans que les Etats où se trouvent ces navires  puissent agir et mener les coques à la déconstruction."


Le président de l’association MOR GLAZ
Jean-Paul HELLEQUIN


Site Internet
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

Visite du remorqueur Abeille Bourbon : soutenir, aider et savoir tendre la main

Remorqueur Abeille Bourbon
Remorqueur Abeille Bourbon

"Le  dimanche 26 mai 2013 de 13h30 à 18h30  à Brest au quai du Commandant Malbert L’ABEILLE BOURBON, navire affrété par la marine nationale au profit de l'Action de l'État en Mer pour effectuer diverses missions de service public (sauvetage, aide à navire en difficulté, antipollution)  ouvrira sa passerelle pour la bonne cause (sauf mauvaise météo ou mission).

Cette visite est organisée par  BOURBON, l’Association du Remorquage et  par l’équipage de l’ABEILLE BOURBON. Elle est réalisée grâce  à l’Action de l’Etat en Mer, au Groupe HUMANIS, aux membres de l’Equipage  et à de nombreux bénévoles qui seront présents ce  dimanche 26  mai.
                                                                                      
La visite est payante 3€, 5€ pour deux personnes « gratuite pour les enfants de moins de 12 ans ». L’intégralité de la recette sera reversée à deux associations : « Le Petit Prince du Soleil » et à « La Recherche contre la Mucoviscidose ».

Les visiteurs pourront également participer à une tombola et gagner de nombreux lots qui sont offerts par les commerçants du port de commerce de Brest. Ces opérations en 2012 auront permis de remettre 16 000€ aux associations précitées.

Ces visites sont soutenues depuis plusieurs années par les  personnalités suivantes :
Jacques de Chateauvieux, Président de Bourbon et son épouse Caroline, Christian Munier administrateur de Bourbon, Jacqueline Tabarly, Bénédicte Gheerbrant, Bruno de Chateauvieux et son épouse Sylvie, Patrick Poivre d’Arvor, la chanteuse Claire Denamur, Claire Chazal, Audrey Crespo-Mara, Journaliste, présentatrice et animatrice de plusieurs rendez-vous sur LCI , Jean-Loup Chrétien cosmonaute, Erik Orsenna Membre de l’Académie Française, Hervé Hamon, écrivain/scénariste/journaliste, et ami des marins, Frédéric Chamard-Boudet marin/ explorateur/Capitaine de Surfer, Thierry Ardisson, Francis Vallat Président du Cluster Maritime Français,  Delphine Istria artiste/peintre, Alain Eveno « sonneur » médaille d’argent de la défense Nationale, médaille de bronze de la jeunesse et des sports, Annie Blanchet Marraine de l’Abeille Liberté, les personnels sédentaires et navigants «  des Abeilles » et de « BOURBON » , les épouses des marins des Abeilles,  l’Association du Remorquage (organisatrice de ces opérations)   et bien d’autres personnes actives qui ont souhaité conserver l’anonymat.  
Nous remercions  tous nos  fidèles partenaires."


Jean-Paul  HELLEQUIN, parrain des deux associations précitées.


enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

mareyeurs2lemploi : premier site de recrutement dédié aux métiers du poisson et de la mer

www.mareyeurs2l'emploi.com
www.mareyeurs2l'emploi.com

Le 20 mai 2013 ouverture du premier site internet de recrutement exclusivement dédié aux professionnels du poisson et de la mer : Poissonnerie, recherche, pêche, aquaculture, aquariophilie, mareyage, commercialisation, organisation, formation et marketing sont des exemples des différentes activités que vous pourrez retrouver sur notre plateforme interactive.

Conscient des difficultés que rencontre notre filière, www.mareyeurs2lemploi.com s'est spécialisé dans la mise en relation d'employeurs et de candidats. Nous mettons en place une plateforme où vous pourrez déposer vos annonces et ainsi toucher en quelques clics un vivier de plusieurs centaines de candidats spécialisés. Nous voulons contribuer à donner un nouvel élan à notre secteur. Mettre en confrontation une demande de profils experts et des candidats de qualité, valoriser et mettre en avant le savoir-faire et la passion des hommes qui font vivre l’univers du poisson et des produits de la mer au quotidien voilà nos principales ambitions.

Les Mareyeurs 2 l'emploi deviendront très vite un partenaire incontournable de votre recherche de candidats de qualité experts dans leur métier (dépôt de CV GRATUIT).


En savoir plus
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

Une panne de machine du navire « JOLLY NERO » est dramatique en vie humaine et en dégât matériel.

Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest partage le deuil des familles suite au drame maritime survenu dans le port de Gênes dû à la panne des moteurs du navire « JOLLY NERO ».

JollyNero©ilsecoloxix.it
JollyNero©ilsecoloxix.it
 COMMUNIQUE  le 10 mai 2013   

Au moment où nous rédigeons ce communiqué, nous n’avons pas beaucoup d'infos. Cette fois encore et très rapidement, nous constaterons que ce drame sera certainement le résultant d’économies imposées aux conséquences  dramatiques. 

Nous savons par des adhérents du pilotage, d’officiers et de marins (y compris étrangers) de la marine marchande et du remorquage portuaire que quotidiennement ces  professions sont confrontées à la pression du monde économique, des représentants des armateurs qui souhaitent toujours les prestations au coût le plus bas dans les ports au détriment de la sécurité.

Les pilotes, les commandants, les marins et les autorités portuaires sont de nombreuses fois confrontées à l'opposition de la notion de sécurité, de concurrence souvent déloyale et de rentabilité. Les donneurs d’ordres qui ignorent tout du réel fonctionnement  et qui mettent sans arrêt les ports en concurrence.

Ainsi, un pilote (ou un Commandant) aussi bon soit-il n'est pas grand chose s'il n'a pas à bord du navire du personnel compétent en particulier à la machine (la bonne marche d'un navire est un travail d'équipe). Si les mécaniciens trop souvent recrutés à bas prix n'ont pas les compétences suffisantes il ne faut pas s'étonner que les moteurs d’un navire stoppent de façon impromptue (Comme cela est arrivé dans d’autres ports y compris à de grands porte-conteneurs avec des conséquences miraculeusement minimes).

Les  pseudo-armateurs peu scrupuleux font appel à des sociétés de recrutement de personnel qui recrutent au plus bas prix, ces marins trop souvent viennent des pays pauvres. Sur les 1 850 000 marins recensés dans le monde,  4 sur 5 viennent de pays pauvres. Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest dénonce cette fois encore la mondialisation sociale du transport maritime et la concurrence déloyale entre les marins.

Certains pseudo-armateurs allant même jusqu’à dicter à leurs Commandants de navire le nombre de remorqueurs à utiliser lors des escales (en dépit du conseil des pilotes de port qui sont les meilleurs conseillers des commandants y compris sur le nombre de remorqueurs)  afin d’éviter tout accident.

Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest reste vigilant et dénonce  les dérives qui s'instaurent en prétextant vouloir réduire le coût du transport dans l'intérêt du consommateur. En France depuis des années, les effectifs sur les remorqueurs portuaires sont remis en cause (en discussions). Le Syndicat CGT des Marins de Brest s’est toujours opposé à ces diminutions des effectifs. La sécurité maritime commence dans les ports avec des services portuaires fiables. Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest partage la douleur des familles endeuillées.  Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest n’accuse pas les marins mais condamne toutes les politiques maritimes et les administrations qui permettent « autorisent » aux armateurs d’armer leurs navires avec des marins exploités, souvent en sous effectifs. Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest dénonce pour la énième fois, les sociétés de Manning, les pavillons économiques tels que ce pavillon économique Italien (le Registre International Français en pire, considéré comme un pavillon de complaisance).

Jean-Paul HELLEQUIN Porte parole et secrétaire adjoint 


Contact
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

BLUE FISH, Association européenne de promotion de la pêche durable et responsable fait ses débuts à Bruxelles

Les deux premiers ports de pêche français, Boulogne et Lorient ont officiellement lancé BLUE FISH, nouvelle association européenne de promotion de la pêche durable et responsable lors d’une conférence de presse au Parlement Européen mardi 23 avril.

Lancement de BLUE FISH, à Bruxelles
Lancement de BLUE FISH, à Bruxelles

Un lancement symbolique à Bruxelles pour l’association parrainée par Isabelle Thomas, députée européenne membre de la Commission de la Pêche, en présence de professionnels de la filière, de membres du Parlement, de journalistes et de représentants d’ONG européens.   BLUE FISH, qui fédère tous les acteurs de la filière en Europe -  professionnels et industriels, organismes d’enseignement et de recherche, ONG, associations et structures de gestion portuaire et institutions publiques -  a reçu le soutien d’autres députés européens de la Commission de la Pêche, tels Alain Cadec, Vice-président de la commission de la Pêche et rapporteur du budget (PPE), Jean-Louis Cottigny, membre de la commission des budgets et suppléant à la pêche (S&D) ou encore l’espagnol Antolin Sanchez Presedo, aux affaires économiques et monétaires et suppléant à la pêche (S&D). Sur invitation d’Isabelle Thomas, les quatre députés ont en effet reçu les représentants de BLUE FISH, convaincus de l’importance de « cette association qui regroupe à la fois les territoires, les professionnels, les associations et les représentations des ports, tous ceux qui concernés par la pêche ont tout intérêt à travailler ensemble et que les parlementaires ont vocation à entendre ».

L’association, constituée le 8 mars dernier est déjà en ordre de marche. Olivier Le Nézet, président de BLUE FISH et Claude Allan, vice-président, ont présenté les objectifs de l’association : mutualiser les connaissances, promouvoir les bonnes pratiques et la grande variété des techniques de pêche, communiquer, participer à l’élaboration des politiques communes de la pêche et contribuer au développement des entreprises de la filière halieutique et des produits de la mer. « Blue Fish s’engage à mobiliser ses propres moyens pour apporter un éclairage et répondre aux débats et sollicitations des parlementaires, média et de toutes les instances décisionnaires sur la Politique Commune de la Pêche afin qu’elles se forgent une opinion objective et actualisée grâce à l’implication et à la diversité des membres qui composent l’association » précise son président.

A l’issue du vote en plénière du Parlement des deux premiers piliers de la PCP : Organisation Commune des Marchés (OCM) et Règlement de Base, un processus de trilogue s’est engagé. Le lancement de BLUE FISH intervient au moment où les Ministres européens en charge de la pêche se sont réunis au Luxembourg afin de faire le point sur ce trilogue en cours, avec la Commission et le Parlement. La présidence irlandaise souhaite parvenir à un accord d’ici le mois de juin, au moins sur ces deux piliers ; le vote du FEAMP étant reporté à l’automne. Au même moment la Commission de la Pêche était réunie au Parlement Européen à Bruxelles, à l’origine pour voter le rapport du député Kriton Arsenis sur la pêche en eau profonde, finalement reporté à l’automne. Il est donc important de faire entendre la voix des professionnels et des territoires européens afin de faire connaître et de promouvoir « un modèle de pêche durable et responsable, solidaire et sans idéologie ni opposition des métiers pour répondre aux attentes fortes de la profession » (O. Le Nézet) ; « Une démarche constructive, fédératrice et ouverte qui vise à s’appuyer sur une expertise partagée car le sens du dialogue doit être au centre de notre réflexion » (N. Métairie).

La 1ère action de BLUE FISH concerne la pêche en eau profonde. Lors de cette conférence, l’association a présenté le premier volet de l’étude européenne : «caractérisation de l’économie de la pêche en eau profonde ». Cette étude sera présentée en détail par PwC Fish Pass lors d’une réunion inter-CCR (Comités consultatifs régionaux) sur les espèces d’eau profonde les 15 et 16 mai prochains à Edimbourg.

Le lancement de BLUE FISH à Bruxelles était aussi l’occasion pour ses représentants de se rendre au salon European Seafood Exposition qui se déroulait en même temps. Ainsi, ils ont pu aller à la rencontre des acteurs de la filière, depuis les armements jusqu’à la logistique, acteurs européens dont nombre d’entre-deux ont exprimé leur souhait de rejoindre l’association.


Communiqué de presse_Lancement de Blue Fish_23.04.13
Vidéo conférence de presse lancement Blue Fish
Download : [pdf] Extrait de l'étude PwC Fish Pass "«caractérisation de l’économie de la pêche en eau profonde ». (581,28 ko)
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

IDmer renoue avec la filière agromarine et envisage sereinement son avenir

« Ressource et développement en technologie agromarine », voilà bien le cœur de métier d’IDmer qui renoue avec les acteurs de la filière et les accompagne dans leur développement et leurs projets collaboratifs.

IDmer_logo_2013
IDmer_logo_2013

Acteur de la chaine de valorisation des produits issus de la pêche au service des entreprises, avec son équipe de 15 collaborateurs et son atelier pilote de 2700 m², IDmer dynamise son activité et confirme son rôle de partenaire stratégique du développement et de l‘innovation au cœur de la Bretagne.

Fort de son outil technologique performant, soutenu par les partenaires du territoire, IDmer accroit aujourd’hui son activité sur le terrain de la valorisation et de la transformation des produits et co-produits de la mer.

L’institut technique basé à Lorient a signé de nouveaux contrats, notamment avec des laboratoires du secteur de la nutrition-santé, pour la mise au point d’ingrédients et de compléments alimentaires d’origine marine. Du côté des produits de la pêche, IDmer n’est pas à cours d’idée et innove aussi dans le domaine de la valorisation d’espèces nobles comme le homard, les langoustines, le thon… L’institut propose le développement de nouvelles gammes de produits finis (PF) et de produits alimentaires intermédiaires (PAI) aux industriels, aux mareyeurs et aussi aux armateurs. Le savoir-faire d’IDmer s’étend de la conception d’un projet à la réalisation de pilotes de fabrication. Par exemple, l’étude menée avec un armement de pêche artisanale qui souhaite diversifier son offre en proposant au consommateur des produits élaborés haut de gamme à partir de sa pêche.

Dans sa vocation de centre de R&D externalisé, IDmer renoue également avec les partenaires scientifiques et technologiques de la filière. Grâce à ses ressources, humaines et techniques, l’institut s’investit dans différents projets collaboratifs avec d’autres centres techniques ou instituts de recherche comme Ifremer, le CEVA… Des projets soutenus ou labellisés par les pôles de compétitivité et la profession : Pôle Mer Bretagne, Valorial, Aquimer ou encore France Filière Pêche (FFP). Partenaire du projet « Lang Vivante » porté par FFP en partenariat avec Ifremer et l’armement La Houle, IDmer réalise par exemple une expertise destinée à améliorer la vivacité et la résistance des langoustines à bord. D’autres expertises en lien avec la filière sont en cours avec notamment une étude de faisabilité pour la mise en œuvre d’une chaîne de première valorisation des co-produits de la pêche sur le port de Lorient-Keroman.

A nouvelle dynamique, nouvelle image ; C’est avec un nouveau logo et l’adhésion à la marque Bretagne qu’IDmer présentera son savoir-faire et sa mission d’Intérêt Général à l’European Seafood Exposition à Bruxelles du 23 au 25 avril prochains.


Bientôt le nouveau site Internet d'Idmer
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

Acteur majeur de la pêche européenne, le port de Lorient débarque à Bruxelles

À l’occasion de l’European Seafood Exposition (ESE) 2013, une délégation d’élus et de professionnels de la filière pêche lorientaise se déplace à Bruxelles les mardi 23 et mercredi 24 avril prochains.

Seafood
Seafood

Communiqué de presse, 18 avril 2013

Symbole économique fort et élément structurant de l’identité culturelle bretonne, le port de pêche de Lorient-Keroman est depuis toujours l’un des moteurs du développement économique et social du territoire. Pour Lorient Agglomération, la filière pêche lorientaise, secteur dynamique et innovant, représente à elle seule 3 000 emplois directs et fédère plus de 270 entreprises.

À Lorient, tous les acteurs de la pêche sont des hommes et des femmes qui croient en l’avenir économique durable de la pêche. Ils sont en ce début d’année confortés par des indicateurs extrêmement positifs. La modernisation du port de Lorient-Keroman se poursuit avec notamment la mise en place d’une chaîne de valorisation des produits de la pêche. De jeunes patrons s’installent et de nouveaux armements se développent. Les efforts de sélectivité et de réduction de flotte portent leurs fruits et les TAC (totaux admissibles de captures) de certaines espèces sont en augmentation.

Une nouvelle réforme de la politique commune des pêches est en cours de débat au niveau européen cette année. Certaines propositions de la Commission, si elles sont entérinées, impliqueront des évolutions qui inquiètent la filière. Des inquiétudes dont certaines peuvent être levées grâce à la mobilisation de tous. Le port durable de Lorient fédère les professionnels et les élus du territoire et fait unique en Europe, Lorient Agglomération a missionné un lobbyiste chargé de défendre les intérêts de son port.  

Ce voyage est donc l’occasion d’échanger avec les principaux acteurs du port de pêche de Lorient-Keroman, de les accompagner au salon ESE, rendez-vous incontournable de la filière en Europe et d’y rencontrer d’autres acteurs. Les représentants élus et professionnels lorientais mettent aussi à profit ce déplacement pour rencontrer les femmes et hommes politiques européens et partager avec eux les constats et expertises afin de poursuivre le développement de la pêche durable et responsable pratiqué à Lorient. Une conférence de presse au Parlement Européen le 23 avril, point d’orgue de cette visite lancera l’action de Blue Fish, association nationale et européenne pour la promotion de la pêche durable et responsable. Elle rassemble élus et professionnels de la filière et le port de Lorient-Kéroman lui apporte son soutien.

Ainsi, le président de Lorient Agglomération, Norbert Métairie et les élus du territoire, Olivier Le Nezet, président du Comité des pêches du Morbihan, du CRPMEM de Bretagne et président de Blue Fish, Maurice Benoish, président de la SEM Lorient-Keroman, ainsi qu’une vingtaine de professionnels, producteurs, mareyeurs, organisation de producteurs… participeront à des réunions de travail avec des représentants de la Commission Pêche du Parlement Européen et de la DG Mare avant de se rendre au salon European SeaFood Exposition, rendez-vous incontournable de la filière en Europe.  

Réunions sur la réforme de la PCP et lancement de l’association Blue Fish mardi 23 avril au Parlement Européen

Après un entretien avec la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne, les membres de la délégation lorientaise ainsi que des représentants du port de Boulogne, participeront à une rencontre-débat avec les parlementaires de la Commission de la Pêche au Parlement Européen :

Sur invitation de la Députée européenne Isabelle Thomas, ce débat aura pour thème : « Élus et professionnels des deux principaux ports de pêche français à la rencontre des parlementaires européens ». De nombreuses questions relatives à la réforme de la PCP y seront abordées : rejets, nouveaux navires, RMD, régionalisation et gestion décentralisée du FEAMP, soutien aux projets portuaires, pêche en eau profonde, filière avale, formation…

Suivra une réunion de travail avec des représentants de la Commission Européenne DG MARE à la Délégation Permanente de la Bretagne - Espace Interrégional Européen.

La journée se terminera par une conférence de presse au Parlement Européen, première action officielle de Blue Fish, Association de Promotion de la Pêche durable et responsable. Blue Fish annoncera la publication de la première phase de l’étude d’impact économique et social du projet de règlement pêche en eau profonde en Europe : caractérisation de l’économie de la pêche en eau profonde

Visite du salon ESE mercredi 24 avril

Pour les membres de la délégation ce salon est l’opportunité de découvrir de nouveaux produits de l’industrie de transformation des produits de la mer et de se confronter à la concurrence européenne. C’est aussi une vitrine intéressante d’équipements et de solutions pour le port de pêche de Lorient-Keroman : avec plus de 15 millions d’euros d’investissements déjà réalisés, le port poursuit la modernisation de son pôle halieutique et le développement des services pour la transformation et le négoce : une machine intelligente unique au monde pour trier le poisson a été mise en service la semaine dernière. Un investissement de 1,5 millions d’euros qui sera bientôt complété par l’acquisition d’équipements collectifs de valorisation au service des mareyeurs.


Site Internet de Lorient Agglomération
Site Internet du port de pêche de Lorient-Keroman
Download : [pdf] Communiqué de presse - Lorient Agglomération (117,99 ko)
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

Des futurs pêcheurs Norvégiens en visite au Lycée maritime du Guilvinec

Le Lycée professionnel maritime du Guilvinec accueille pour quelques jours une délégation de jeunes étudiants et enseignants Norvégiens

l'école maritime de Rygjabo au LPM du Guilvinec
l'école maritime de Rygjabo au LPM du Guilvinec

Le Lycée agricole de Bréhoulou est à l'origine de cette visite : l'établissement a en effet signé un accord de coopération avec la Norvège qui concerne notamment la salmoniculture. C'est donc tout naturellement qu'il a dirigé le groupe des jeunes pêcheurs vers le Guilvinec.

Des stages pour parfaire leur apprentissage

Daniel, Ole Mikal, Ruben, Emil et Martin, étudient à l'école maritime de Rygjabo, située au sud ouest de la Norvège. Ils comptent parmi les 40 étudiants de cette école qui forme de futurs aquaculteurs, des marins pêcheurs ou encore des chefs cuisiniers.

Après deux années de formation initiale à l'école, deux années d'expérience en entreprise leur sera nécessaire pour valider leur titre professionne. Ces jeunes se destinent à l'industrie du saumon, de la pêche ou la restauration. Tout comme les jeunes du Lycée professionnel maritime du Guilvinec, les étudiants de l'école de Rygjabo approfondissent leurs connaissances au cours de stages en entreprises. Ils apprennent la navigation et les techniques de pêche sur le bateau école. La formation est assurée par des professionnels de la pêche. 

Un programme de visite pour découvrir la pêche bretonne

Le groupe de norvégiens est accueilli depuis hier soir, lundi 15 avril, au lycée. Leur première journée est consacrée à la visite des de l'établissement de formation ainsi qu'à des exercices sur le simulateur de navigation.

Demain, les  jeunes embarqueront sur 7 des navires de la flottille de pêche du Guilvinec pour une marée à la journée. Jeudi, ils naviduront sur le bateau école et sur une vedette de la SNSM. Au cours de leur séjour, ils suivront aussi les cours de ramendage et de matelotage avec les élèves du Lycée maritime.

Ce voyage d'étude se terminera vendredi par la visite d'Haliotika-Cité de la pêche au Guilvinec et celle d'Océanopolis à Brest.


Site Internet du lycée maritime
enveloppe Imprimante Partager sur : partager sur Twitter partager sur Viadeo partager sur Facebook partager sur LinkedIn partager sur Delicious

Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31