Actualité Sea to Sea

27 Oct 2019

Web to sea #5

Préparer son site web pour le marché international

Internet est un outil formidable, qui fait de l’instantané une norme, jusqu’à parfois nous faire oublier les frontières. Et pourtant, quand on décide d’ouvrir son site web aux marchés exports, il y a des facteurs à ne pas négliger. Finalement l’aspect technique sera la partie la plus simple de la démarche. Il y a des principes généraux à respecter et des règles pour créer et développer son site internet à l'international...


Les trois critères pour ouvrir son marché à l’international

De façon générale, trois critères sont très importants pour choisir son marché :

L’attractivité du marché 
L’analyse macro et la compréhension des dynamiques internes (infrastructures, régions…)
Outre un diagnostic interne, il faut aussi étudier les prospects sur place ; la concurrence ; les partenaires et les réseaux…
On compte aussi dans ce point l’analyse du marché : PESTEL (Politique ; Économique ; Social ; Technologique. Environnemental ; Légal).

L’accessibilité du marché 
C’est-à-dire la facilité à investir et à sortir des capitaux, la présence d’investisseurs, les services sur place, les règles protectionnistes ou non, la stabilité des infrastructures et les accords commerciaux entre pays.

Et bien sûr, la rentabilité du marché 
Cela comprend l’adaptabilité à certaines règles locales comme le niveau de vie, les réglementations, les usages ou les nuances culturelles. D’un point de vue pratique, il faut aussi penser à faire un dépôt de marque dans le pays visé. Cela peut aussi conduire à choisir un autre nom (cela vaut aussi pour le web)

Mais revenons-en plus précisément à la partie qui nous intéresse : le site internet.

Mon site internet à l’étranger
Vous vous en doutez bien, il ne s’agit pas simplement de traduire le site sur Google Traduction et d’attendre que les visiteurs affluent.

Un site pensé pour l’utilisateur
Votre site, dans son essence doit d’abord répondre à des critères d’accessibilité et être centré sur l’utilisateur. Il doit être performant (ne pas prendre trop de temps à charger), responsive (le smartphone est devenu il y a peu le premier support de navigation internet) et bien évidemment répondre aux principales règles d’ergonomie.

Vous voulez vendre un service ? Vous faire connaître ? Faire de la vente en ligne ? 
Établissez d’abord un objectif qui, ensuite, sera votre fil rouge pour établir un parcours utilisateur cohérent et efficace.

Ceci étant fait, établissez des « persona » qui représenteront vos potentiels clients et cibles. Ces portraits robots vous permettront d’établir un lien d’empathie avec vos prospects et de mieux comprendre leurs craintes et leurs désirs. Un élément déterminant pour ne pas les perdre durant la transformation.

Faites appel à un natif du pays d’intérêt pour vos traductions
Vous avez beau être le fier détenteur d’un Cambridge certificate ou avoir fait un ERASMUS durant votre cycle universitaire, si vous n’êtes pas un natif du pays visé, oubliez la traduction « home made ». Une langue n’est pas seulement un outil de communication, c’est aussi un vecteur culturel. Une traduction littérale est toujours risquée : certaines expressions idiomatiques vous échapperont et d’autres sonneront « faux » aux oreilles de vos lecteurs. Investissez dans la traduction, cela en vaut la peine ; d’autant plus que cela boostera votre SEO dans le pays ciblé.

Ne bâcler pas le design
Soignez votre page d’accueil : c’est la première chose que le visiteur voit et bien souvent, tout se joue dans les deux premières secondes. Il faut susciter un intérêt et le pousser à poursuivre sa navigation. Hiérarchiser vos contenus pour qu’il s’y retrouve sans difficulté et placer des Call-to-Action pertinents qui attireront l’attention sur la fonction première de votre site, votre objectif défini en amont : vendre un produit, générer une prise de contact, etc.

Parfois, il est même nécessaire de repenser le design en fonction du pays cible. Un exemple très connu est celui de l’enseigne McDonald : rouge et jaune aux États-Unis, Jaune et verte en France. Un léger infléchissement qui fait toute la différence quand on prend un minimum de temps à étudier les différences de culture et d’usage.

Créer de nouveaux contenus de qualité
Voilà, vous avez devant vous un site internet qui répond aux principaux critères de réussite d’une ouverture à l’étranger. On a plus qu’un conseil à vous donner : alimentez-le, mettez-le à jour régulièrement. C’est le meilleur moyen de créer de l’engagement et de booster son référencement naturel.

Un projet, une question ? contactez-nous