Actualités Maritimes

29 Sept 2010

Des opportunités à l’export pour les entreprises de la filière navale

Les filières navales à SMM 2010
Les filières navales à SMM 2010
Les acteurs de la filière navale étaient au début du mois au salon SMM (Shipbuilding Machinery and Marine Technology) à Hambourg en Allemagne.Ils étaient essentiellement représentés par le groupement Bretagne Pôle Naval et ses adhérents

Les entreprises bretonnes en chefs de file au salon SMM

Les acteurs de la filière navale étaient au début du mois au salon SMM (Shipbuilding Machinery and Marine Technology) à Hambourg en Allemagne. Ils étaient essentiellement représentés par le groupement Bretagne Pôle Naval et ses adhérents dont NAVTIS, STX France-Lorient, la division Construction et Réparation Navale de la société Spie Ouest-Centre, l’Interprofession du Port de Concarneau avec la SEMIM et PAUMIER, DCNS et Marinelec Technologie. Les entreprises étaient groupées au sein du pavillon France organisé par Ubifrance et par Bretagne International. Tous s’accordent à dire que c’est le rendez-vous incontournable de l’industrie navale mondiale, où il y a cependant peu d’entreprises françaises, à l’image de la place qu’elles occupent sur le marché. C’est pourquoi les industriels bretons soulignent l’importance de leur présence avec Bretagne Pôle Naval lors de tels salons afin d’y afficher le savoir-faire de nos filières. Le groupement I.P.C a saisi cette opportunité pour promouvoir le savoir-faire naval de Concarneau au-delà des frontières françaises. Cette démarche, entreprise il y a 3 ans, correspond au développement à l’international de nombreuses sociétés du réseau. "Ce salon a été l'occasion pour STX Europe, Lorient de montrer son savoir-faire sur les créneaux des navires de haute-technologie qu'ils soient civils ou militaires. C'est également une vitrine de nos démarches de Recherche et Développement" affirme Paul Suinat, directeur commercial du chantier.

Pour Olivier Lemoine de Bretagne International, « il est difficile d’apparaître comme une force industrielle sans la présence des grands industriels que sont DCNS, PIRIOU ou STX. C’est aujourd’hui leur rôle de porter la filière navale française et c’est d’ailleurs une velléité régionale. »

Energies vertes, développement de l’éolien offshore : des technologies de pointe pour des marchés en développement.

D’après Eric Champeaux de la société Spie Ouest-Centre, c’est aussi l’occasion pour les entreprises « d’élargir son panel de fournisseurs pour les affaires en cours ». Pour la majorité des entreprises présentes, ce salon est l’occasion de rencontrer des clients et de nouveaux contacts. Les industriels bretons qui reviennent avec des projets ont constaté une reprise d’activité dans l’industrie navale.

Pour Bernard Corvaisier, « le salon permet de découvrir des évolutions techniques et technologiques, notamment dans la propulsion ou chez les fabricants d’antifoulling : on voit bien l’émergence de technologies répondant à la préoccupation environnementale ». Ces sujets deviennent de plus en plus importants : le congrès sur la protection de l’environnement dans la construction et l’exploitation des navires qui se tenait durant le salon en est la manifestation. De nombreux projets de Recherche et Développement sont en cours chez les constructeurs européens sur l’utilisation de matériaux composites dans la construction navale offrant un gain de poids et favorisant les économies d’énergies. C’est un savoir-faire à valoriser par les industries navales en Bretagne.

Selon Olivier Lemoine, « le salon a également permis de mettre en évidence le développement de navires de services pour l’industrie offshore (pétrolier et éolien) nécessitant des solutions innovantes et très ciblées notamment en matière de stabilisation des navires et d’accès aux structures fixes en mer. Pour le moment dans ce domaine, aucun industriel ne se positionne comme leader à l’international. On notera que la moitié du marché se trouve au Royaume –Uni. Actuellement, on a les compétences sur un marché en émergence en France, dont le potentiel de développement ne se concrétisera pas avant plusieurs années (les appels d’offres sont à peine lancés) ; C’est donc sur ce marché existant de proximité qu’est le Royaume –Uni qu’il faut aller, et il ne faudra pas être des suiveurs mais apporter des solutions innovantes et très ciblées.»

Participer au prochain EOW –European Offshore Wind en 2011

Bretagne International a développé un carnet de contacts indispensable dans un nouveau secteur qui est accessible à l’industrie navale bretonne. L’association est en mesure d’aider les entreprises à trouver leur place sur le marché et les invite d’ores et déjà à participer avec elle au salon EOW du 29 novembre au 1er décembre 2011 à Amsterdam. Ce sera à la fois l’occasion d’y exposer et d’y présenter le savoir-faire dans le domaine lors des conférences.

en savoir plus