Actualités Maritimes

01 Juin 2011

DU BRESIL AU GUIL

Un enseignant de l' Instituto Federal CEARA Acaraù au LPM du Guilvinec
Un enseignant de l' Instituto Federal CEARA Acaraù au LPM du Guilvinec
l’Instituto Federal de Educaçao de Ceará, Ciència e Tecnologia (Ecole technique d’Etat - CEFET) souhaite mettre en place des échanges entre les établissements de formation maritimes d’Europe et l’Université brésilienne.

Joao Vicente Mendes Santana est professeur à l’Instituto Federal de Educaçao de Ceará, Ciència e Tecnologia (Ecole technique d’Etat - CEFET) qui souhaite mettre en place des échanges entre les établissements de formation maritimes d’Europe et l’Université brésilienne. L’objectif est de partager les compétences et savoir-faire notamment dans le monde des pêches maritimes et de l’aquaculture, par des échanges d’étudiants et d’enseignants au travers de jumelages.

Visite en Bretagne : Après avoir visité les écoles espagnoles, Joao Vicente a pris contact avec un de ses amis brésilien installé à Tréffiagat. Ce dernier qui est établi en pays Bigouden depuis plusieurs années y possède un bateau de pêche et a même passé son capitaine 200 au Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec. Accompagné d’un armateur à la pêche de Loctudy, il a pu faire découvrir l’établissement de formation maritime du Guilvinec au professeur brésilien qui a rencontré les enseignants du Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec. Pendant deux jours il est également allé à la rencontre des professionnels des ports bigoudens (chantiers, halles à marée, fabriquants de filets, armements…).
Dès la rentrée de septembre 2012, des élèves du LPM du Guilvinec devraient séjourner sur le campus et accueillir en Bretagne des jeunes brésiliens originaires de cette université ouverte depuis 1 an et qui est spécialisée dans la filière maritime et la pêche : de la capture à la commercialisation du poisson, en passant par la construction navale.

Zone d'Education prioritaire : Au Brésil, tout le monde doit profiter des retombées du développement économique, en commençant par la base : l’éducation. C’est pourquoi Joao Vicente est venu jusqu’en Bretagne, pour trouver les compétences et les formateurs qui permettront aux professionnels de la pêche de développer une filière solide. Il n’existe que 10 universités techniques et scientifiques maritimes (sur 290) au Brésil ; la première est née il y a 13 ans à Belem. C’est Lula qui a investit le premier dans le secteur de la pêche maritime, créant en 2003 un secrétariat d’Etat à la pêche puis en 2009, un ministère de la pêche. Aujourd’hui, l’Etat brésilien a décidé d’aider les pêcheurs pour la construction d’embarcations neuves, plus modernes et équipées des dernières technologies : des bateaux de 6 à 9 m, de 9 à 12m et de 12 à 16m.
On devrait donc aussi voir bientôt des bretons installer un chantier naval près d’Aracau, pour y construire des bateaux adaptés aux pêcheries artisanales brésiliennes, avec un accent particulier donné à la préservation de l’environnement et à la protection de la ressource, réflexion intrinsèque au développement de la pêche au Brésil.

Ruée vers le Nord-Est : Le Campus Acaraú est situé dans la province de Ceará, au nord-est du Brésil. C’est une des régions les plus pauvres du pays (28% de la population et seulement 14% du PIB). Depuis des décennies, cette région fournit les ouvriers et domestiques sur les sites et dans les riches demeures du sud-est brésilien. Mais depuis quelques temps, le nord-est connaît un boom économique et attire les investisseurs. Le salaire minimum a augmenté de 60% avec l’arrivée de nouvelles usines agroalimentaires et de sites de construction. Le gouvernement aide à financer les projets et investit considérablement dans les travaux publics et l’aménagement d’infrastructures dont une autoroute le long de la côte atlantique. Plus de 100 sociétés ont délocalisé dans la région grâce à une fiscalité incitative. Les travaux pour la ligne de chemin de fer de Suape au Nord-est s’achèvera en 2013 et une autre branche traversera le nord jusqu’au port de Pecém qui devrait considérablement se développer : 12 000 ouvriers par an seront affectés au service des chemins de fer par la province fédérale de Ceara et l’armateur brésilien Petrobras y construit une nouvelle raffinerie.

L'Eldorado à Suape : L’Etat de Pernambuco, vient de créer un tout nouveau cluster naval et pétrochimique, et espère y regrouper 30 à 40 sociétés, chantiers et fournisseurs du secteur : des chantiers de construction et réparation navale parmi les plus performants de l’hémisphère sud …Le Brésil était l’invité d’honneur du salon Nor Shipping qui s’est tenu à Oslo du 24 au 27 mai dernier. Mauricio Rands et Lauro Gusmao, Secrétaire et Vice-secrétaire du Gouvernement sont venus pour attirer les investisseurs dans le port et le complexe industriel de Suape et rechercher des partenaires pour développer la formation et les compétences du Brésil dans le secteur naval.

En savoir plus sur l’université de Ceará