Actualités Maritimes

30 Janv 2013

Le CIEM rencontre les acteurs du secteur: scientifiques et pêcheurs travaillent ensemble pour améliorer la gestion des pêches


COMMUNIQUE DE PRESSE pour diffusion immédiate

Copenhague, le 25 Janvier (CIEM)

Scientifiques marine et pêcheurs ont depuis longtemps remplacé la méfiance mutuelle par la compréhension mutuelle. Les deux communautés savent qu'ils partagent un objectif commun d'amélioration de la gestion des pêches et la nécessité de travailler ensemble pour atteindre cet objectif. La nécessité d'une collaboration a été réitérée lors de la huitième réunion annuelle du Conseil International pour l'Exploration de la Mer (CIEM) et des Conseils Consultatifs Régionaux (CCR), qui représente les différentes parties prenantes, y compris les professionnels de la pêche, les ONG environnementales et d'autres membres de la société civile ayant un intérêt dans le secteur de la pêche.

«La coopération entre le secteur de la pêche et les scientifiques du CIEM, depuis le bateau et les projets scientifiques menés en partenariat, jusqu'à ce lieu-ci où nous sommes en prise avec le sommet de la hiérarchie au CIEM, indique le chemin parcouru", déclare Barrie Deas du CCR Mer du Nord.

Deas faisait allusion à la façon dont les relations ont changé dans la dernière décennie, par rapport à l’époque où la relation entre les pêcheurs et les scientifiques du CIEM avaient pour habitude d’être conflictuelles. Selon Deas, la réunion annuelle prouve que les deux communautés engagent aujourd'hui un dialogue sur un large éventail de sujets concrets "depuis les questions de données et de stocks halieutiques à l’implication aux réunions de benchmarking nous permettant de renforcer et d'améliorer les évaluations, en passant par les plans de gestion et l’analyse des objectifs stratégiques du CIEM. "

Benoît Guérin, Secrétaire général du CCR-Sud (eaux occidentales australes) se réjouit de voir l'évolution de l’avis du CIEM prenant en compte la problématique des mixtes , ce qui correspond vraiment à la réalité vécue par les professionnels de la pêche: «Nos bateaux pêchent de multiples espèces avec des engins très différents ; de ce fait, la conception qui vise à considérer la quantité d'une espèce unique dans une zone unique est purement théorique, car la limitation imposée à une seule espèce crée d’importantes contraintes sur l’exploitation des autres, ce qui ne correspond pas à la réalité des flottes. Il est très encourageant de voir que le CIEM veux renforcer ce processus de co-expertise pour la émettre des avis qui correspondent beaucoup plus à la réalité de la pêche. " La collaboration est bénéfique non seulement pour les pêcheurs, mais aussi pour les scientifiques.

«Le CIEM a besoin de cette interaction avec les parties prenantes car nous voulons donner un avis qui soit utile et réponde à leurs besoins. Nous apprécions leur engagement à améliorer les évaluations et les avis », déclare le président du Comité d’Avis du CIEM (ACOM), Jean-Jacques Maguire.

Ses commentaires ont été repris par Olivier Baudelet de la Commission européenne: "l’avis scientifique est de plus en plus important pour les acteurs du secteur car ils ont besoin d’avoir une bonne compréhension de ces questions dans le but de fournir un avis pertinent à la Commission et aux États membres. A l’inverse, les scientifiques peuvent utilement bénéficier de l'expérience et des points de vue des différents acteurs, pêcheurs et ONG environnementales. À cet égard, la réunion a été appréciée par les participants. "
Créé par la Commission européenne, les CCR sont orchestrées par les acteurs eux-mêmes, représentant les professionnels de la pêche les ONG environnementales et autres groupes d'intérêt. Le CIEM organise des réunions avec les CCR une fois par an afin de coordonner les travaux et de fournir un forum pour un échange libre et franc d'idées concernant de futures collaborations. De prochaines réunions pourront aussi impliquer des acteurs de pays tiers membres du CIEM.


Site Web ICES/CIEM Danemark