Reportages

14 Nov 2018

Le palangrier Île de la Réunion II inauguré

île de la Réunion II, Le Port
île de la Réunion II, Le Port
Baptême de l'Île de la Réunion II
Baptême de l'Île de la Réunion II
Gildas balannec, second Capitaine de l'Île de la Réunion
Gildas balannec, second Capitaine de l'Île de la Réunion

PIRIOU vient de livrer à L’Armement COMATA l’île de la Réunion II, IDR2, son nouveau palangrier congélateur de 62,80 m destiné à la pêche à la légine dans les eaux des Terres Australes et Antarctiques Françaises. Commandé en juillet 2017, ce navire de nouvelle génération a été construit par PIRIOU Vietnam sur un design PIRIOU INGENIERIE. Arrivé le 31 août à l’île de la Réunion, IDR2 a été baptisé mercredi 7 novembre au Port par le Révérend Alain Djeutang, aumônier des gens de mer et sa marraine, Miss Réunion 2018, en présence des Administrations, élus et partenaires locaux, des équipages, ainsi que d’Yves Audo et de Sylvain Pruvost, présidents respectifs d’Agromousquetaires et de la Scapêche.



Économies d’énergie et objectif zéro rejet
L’impact sur l’environnement, les économies d’énergie et la sécurité des équipages ont été des critères particulièrement pris en compte lors de la construction du navire par PIRIOU. IDR2 offre aux marins pêcheurs un confort et une sécurité renforcés. 

Une propulsion diesel-électrique composée de deux ensembles propulsifs permet une souplesse dans la gestion de l’énergie, une maintenance simplifiée et une économie de carburant. La production électrique est assurée par quatre groupes électrogènes, fonctionnant au MDO (Marine Diesel Oil). Deux lignes d’arbres avec des hélices de grande taille à pas fixe apportent plus de sécurité et de meilleures performances. Cette propulsion est la plus adaptée pour un navire qui tourne à basse vitesse, 1,5 nœuds en moyenne, à 80% du temps et ne consomme ainsi que l’énergie ont il a besoin.

Le navire est équipé d'un « Moonpool », puits central pour le virage des lignes.  Ce système, qui récupère les lignes au centre du navire, assure une sécurité renforcée pour l’équipage, tout en garantissant une meilleure protection des oiseaux attirés par les appâts. La gestion se fait via une caméra avant avec un visuel sur le flanc tribord. Une rampe permet également de déporter le filage assurant encore plus de sécurité pour les marins et moins d’exposition aux oiseaux. 

Conçu pour une exploitation en première catégorie de navigation en zones subtropicales, principalement en océan Indien, ainsi qu’en zone subpolaire sud jusqu’à la latitude 60°S, IDR2 est classé « ICE 1C ». Le navire dispose de deux projecteurs de recherche et d’une option d’affichage ICE haute définition sur écran en passerelle pour la détection d’iceberg. 

Afin de pouvoir naviguer dans les zones dites « zéro rejet », ce palangrier de dernière génération dispose également d’une installation de traitement des déchets issus de la pêche : les déchets dont le PH est stabilisé sont broyés puis stockés dans deux cuves dédiées d’une capacité totale de 95 m3. A terme, il s’agira de créer une filière à terre pour valoriser ces co-produits.

Pêche à la légine australe
Le nouveau navire prendra la suite de l’ïle de la Réunion, IDR, qui sera cédé aux Affaires Maritimes d’ici la fin de l’année pour être reconverti en patrouilleur et assurer la protection de la pêche de la légine australe. Tout le matériel de pêche de l’IDR sera transféré à bord de l’IDR2 qui prendra la mer le 3 décembre pour pêcher la légine australe au large des îles Kerguelen et Crozet. 

Ce poisson destiné à l’export fait l’objet d’une pêche très encadrée et règlementée, avec des quotas établis chaque année par l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). La Comata dispose de 16% du quota de légine soit 931 tonnes pour 2018. Trois campagnes en rotation d’une durée de 3 mois en autonomie ont lieu du 1erseptembre au 31 août. L’armement espère pouvoir effectuer une quatrième rotation en explorant d’autres zones antarctiques pour y pêcher par exemple le gunnari ou poisson des glaces.

Le capitaine Alain Gouenadou et le second capitaine Gildas Balannec effectueront ensemble la première marée. L’équipage de 31 marins (45 en rotation) pêchera entre 500 et 2 000 mètres de profondeur à l’aide de lignes automatiques. Ils virent 3 lignes par jour avec un total de 32 400 hameçons boëttés avec des morceaux de maquereau pour une pêche de 3 à 4 tonnes net. Au poste de virage, la légine est remontée par le moonpool. Une piscine permet de récupérer les pièces qui se sont décrochées et de les remonter à l’aide d’un ascenseur. L'observateur embarqué dispose d'une table de tri pour l'échantillonnage et le marquage de certains individus.

Le poisson chemine jusqu’à l’usine tout inox 316L. Il est saigné pour une meilleure qualité, éviscéré, amputé de la tête et la queue dans l’usine humide. Ces co-produits sont passés au détecteur de métaux avant d’être broyés et stockés. Dans l’usine sèche, le poisson est calibré selon 7 tailles différentes (pièces de 8 à 15 kg en moyenne) et disposées immédiatement dans 3 tunnels de congélation allant jusque -35 °C. Les grosses pièces supérieures à 15 kg y sont accrochées tandis que les calibres inférieurs sont disposés sur des grilles. La « cuisson » durent 12 à 16 heures avant conditionnement en cartons de 20 kg ou en sacs et mise en cale à -21°C.

Accompagner le renouvellement de la flotte de palangriers australs
Après la jumboïsation de la Croix du Sud en 1999 pour la SAPMER, PIRIOU a livré en 2001 et 2002, 5 palangriers dédiés à la pêche à la légine australe : L’Ile de la Réunion pour la Comata ; L’Ile Bourbon et l’Albius pour la Sapmer ; Le Cap Horn pour Cap Bourbon ; L’Azmina-Mascareignes pour l’armement des Mascareignes.  En 2009, PIRIOU a également livré le Saint André à l’armement Pêche Avenir, premier palangrier à propulsion diésel-électrique. C’est encore PIRIOU qui en février 2016 a livré le Cap Kersaint, pour Cap Bourbon.

Lors de l’inauguration de l’IDR 2, Vincent FAUJOUR, Directeur Général de PIRIOU, déclare : « Avec ce nouveau palangrier de dernière génération, nous continuons d’accompagner les armateurs dans le renouvellement de leur flotte de pêche à la légine dans les ZEE (Zones Économiques Exclusives) des Terres Australes et Antarctiques Françaises. » 

L’ouverture récente de PIRIOU Réunion permettra également au groupe d’assurer le soutien de ce nouveau navire en Océan Indien.   

Caractéristiques principales

Longueur ……………………………………………………62,80 m
Largeur………………………………………………………12.40 m
Creux au PP............................................5.55 m
Capacité Gasoil…………………………………………….525 m3
Capacité eau douce ……………………………………110 m3
Classé glace 1 C
Equipage………………………………………………….......32 p.

Coque / superstructure :  acier / aluminium
Stockage
Capacité cale à poissons -25°C………………………650 m3
Capacité cale à coproduits………………………………95 m3
Capacités de congélation -18°C………………………3 x4T/20h

Equipements de pêche
Palangre : Mustad autoline system
Relevage : moonpool avec système de récupération des prises

Propulsion 
Bi propulsion diesel électrique..........................2 x 900kW
4 groupes électrogènes principaux....................4 x 975 kW 

Visite en images avec notre guide, Gildas Balannec, second Capitaine de l’IDR2


 
Retour