Actualités Maritimes

25 Mai 2016

Coopération franco-tunisienne : l’ISET valide l’acquisition d’un simulateur machine au CEFCM

Délégation Tunisienne au CEFCM à Lorient
Délégation Tunisienne au CEFCM à Lorient
Coopération et transfert de compétences entre le CEFCM, Centre européen de formation continue maritime et l’ISET, l’Institut supérieur des études technologiques de Kélibia, ville côtière du nord-est de la Tunisie.

Dans le cadre d’un accord de partenariat signé à l’automne 2015 en Tunisie, le CEFCM accueille cette semaine à Lorient un groupe de cadres de l’administration de l’enseignement supérieur tunisiens venus valider les choix technologiques pour la création, à l’ISET de Kelibia, d’un département de génie des engins maritimes. L’occasion pour Mustapha El Kettab, directeur adjoint du CEFCM et les formateurs du centre de formation lorientais de rappeler tout l’enjeu d’un outil technologique à la pointe pour la formation du personnel navigant et des techniciens à terre dans les entreprises maritimes et paramaritimes.

La délégation tunisienne est composée de Madame Soumaya Lazhari, Sous-directrice à la direction générale des études technologiques du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie de la république tunisienne, de Monsieur Adel Tounsi, Secrétaire général de l'ISET de Kélibia et de Madame Salma El Ayech, Responsable des appels d'offres Génie des engins maritimes. L’ISET se lance dans la formation technologique maritime, notamment concernant « la machine » en créant un département « génie des engins maritimes ». Ce projet a pris forme au cours d’une démarche de prospection menée par le CEFCM en Tunisie en 2015. Après avoir avoir accueilli la directrice de l’ISET, Madame Narjess SGHAEIR, en Bretagne, le CEFCM a réalisé un premier audit qui a immédiatement débouché sur la signature d’une convention en novembre 2015.

Les représentants tunisiens viennent à présent à Lorient s’inspirer du savoir-faire du CEFCM dans le domaine de la formation sur simulateur machine afin d’affiner le cahier des charges pour l’acquisition d’un tel équipement.  Outre un matériel performant, le CEFCM dispose d’une méthodologie éprouvée et d’une pédagogie adaptée à la formation « virtuelle ». La technique d’utilisation et de scénarisation des séquences de formation permet une mise en situation au plus près de la réalité.  Programmation d’incident technique, conditions de sécurité… le CEFCM a la capacité d’intégrer l’ensemble des situations appréhendées lors des cours théoriques par des exercices pratiques sur simulateur. Ces outils et matériels sont mis à jour régulièrement et sont en évolution constante pour s’adapter aux nouvelles technologies, aux évolutions réglementaires et aux référentiels pédagogiques et de formation tout au long de la vie.

Grâce au simulateur machine, les apprenants se retrouvent immergés dans l’environnement mécanique d’un chalutier hauturier ou à bord d’un pétrolier. L’outil répond aux besoins en formation des mécaniciens embarqués ainsi que des personnels à terre en charge de la maintenance mécanique : propulsion, froid, production, distribution et gestion de l’énergie à bord, apparaux hydrauliques et électriques (pont et pêche). Ils sont aussi adaptés à la formation des techniciens et des ingénieurs en électricité intervenant dans des centrales thermiques.  Le CEFCM possède une grande expertise dans la formation des différents publics, tant en France qu’à l’international et a, par exemple, formé les 140 techniciens de la société nationale d’électricité du Sénégal.

Rappelons par ailleurs qu’en matière d’outils pédagogiques, le CEFCM s’est équipé en juillet 2014 d’un simulateur de navigation et de pêche sur son site de Lorient et a modernisé la même année son simulateur de navigation et ECDIS de Concarneau et son simulateur SMDSM à Lorient. D’autres investissements ont été réalisés ou sont en cours cette année contribuant à faire du CEFCM, la référence internationale en matière de formation continue maritime. Les représentants tunisiens font ainsi le choix de l’excellence et de la garantie d’un outil de formation à la pointe pour leur département de génie maritime. Le CEFCM qui poursuit son développement international souhaite aujourd’hui aller plus loin dans la coopération avec l’institut tunisien : la venue de la délégation en Bretagne a été l’occasion pour le centre de formation de proposer d’associer l’ENSEM, Ecole nationale supérieure d’enseignement maritime à cette coopération dans le cadre d’un accord tripartite.

 

Photo, de gauche à droite : Emmanuel Bernard, (formateur simulateur machine), Mustapha El Kettab, Madame Lazhari, Madame El Ayech et Monsieur Tounsi, devant le simulateur machine.


site du CEFCM